Légende des Fendilles

Légende Iroquoise

Par un beau matin froid et piquant, il y a fort longtemps, un chef Iroquois du nom de Woksis sortit de sa hutte. Puisqu’il devait aller à la chasse, il retira son tomahawk (hache) de l’érable dans lequel il l’avait plantée la veille au soir. Le tomahawk avait fait une profonde fente dans l’arbre mais Woksis n’y fit pas attention. Il partit chasser. Un récipient en écorce de bouleau était posé au pied de l’érable. Goutte à goutte, la sève qui ressemblait à de l’eau s’écoula de l’entaille faite dans le tronc de l’érable et remplit le récipient.

Le lendemain, la femme de Woksis remarqua que le récipient était plein. Pensant que la sève incolore était de l’eau, elle s’en servit pour faire un ragoût de gibier. Le soir venu, au souper, Woksis sourit et dit à sa femme: «Ce ragoût est délicieux. Il a un goût sucré.» N’y comprenant rien, la femme trempa son doigt dans le ragoût qui avait mijoté tout l’après-midi. Woksis avait raison: le ragoût était sucré. On venait de découvrir les fendilles sucrées qui nous donnent le bon sirop d’érable.

Nos ancêtres ont imité les Indiens. Au tout début, on faisait une fente à la hache dans l’érable, puis on fixait un petit morceau de bois ou de tôle pour laisser l’eau s’écouler dans une petite boîte en écorce de bouleau appelée cassot d’écorce. Depuis les techniques de fabrication du sirop d’érable ont bien évoluées mais les résultats n’en demeure pas moins DÉLICIEUX.

Source: Site Web de l’Érablière du Lac Beauport